Carlos Ruiz-Zafón : " Al final, quin sentit té una ciència capaç d'enviar un home a la lluna, però incapaç de posar un tros de pa sobre la taula de tot ésser humà ? "
(L'ombra del vent).

dimarts, 28 d’abril del 2020

LOS VIÈLHS

Per Macron, los vièlhs còstan de tròp. Alara volguèt çaganhar las retiradas que “l’estòc “, coma o ditz, es tròp bèl. : 14 milions ara e deman 17 milions. Aquò gasta sa “règla d’aur” : pas mai de 14% del PIB pels vièlhs (e lo PIB se quichèsse las pensions tanben !) Aumentar la CSG, desindexar las retiradas dels prèses, inventar un sistèma de “punts” sus 43 annadas d’escotissons, Macron faguèt tot per l’impausar contra de milièrs de manifestacions, de caumas, e contra 70% de l’opinion.
Puèi tombèt lo Covid-19 : lo mond de Macron se l’esperava pas. Aviá un argent fòl mas pas de seringas ; de lacrimogènas mas pas d’espitals ; de bloquièrs mas pas de masquetas, nimai de lièits nimai de respirators. Febrinèl, remandèt l’espetament de las retiradas. “Aquò’s per apasimar” çò diguèt.
Macron chifrèt qu’aquò seriá compensat a condicion que “l’estòc” demesiguèsse. La professora Karine Lacombe o diguèt lo 29 de març :
“Metem pas las personas vièlhas en reanimacion, es pas confortable per elas.”
Las pas salvar a tota fòrça. Amb lo Retrovil aquò balha una “fin doça” sens masquetas e sens lièits d’espital, sens personal. Aquò tomba plan. Pas pels vièlhs generalament, mas sonque pels vièlhs paures...
Un senator american fa cort : “La vertadièra question es aquela : anam arroïnar tota l’economia per salvar 2,5% de la populacion que còstan car e son pas mai productius ?”
En França un jornalista, Jean Quatremer, diguèt çò mème a quicòm pròche.
Sus France 2, Elise Lucet conta qu’un mètge denóncia : “vòlon suprimir las personas de 70 a 90 ans”. Un autre biais de demesir las retiradas.
Se cal pas daissar far : nacionalizacion de totes los Ehpad, 5 miliards sul pic, un grand servici public de la dependéncia, finançat per una branca especiala d’escotisson salariala e patronala de la Securitat Sociala !
E rai per Korian, maquina a cash líder sul mercat dels Ehpad : los accionaris seràn expropriats, aquò serà compensat per los aplaudiments lo ser a 20h.
Tirat de la cronica de Gérard Filoche, L'Humanité-Dimanche 23/04/2020

diumenge, 19 d’abril del 2020

COSSÍ ?



Un que te conta
lo 7 que te cal sortir
lo 12 que te cal dintrar
lo 14 que te cal anar a la votacion
lo 16 que te cal demorar a l'ostal
lo 19 que te cal anar al trabalh
cossí lo cal sonar aqueste ?

divendres, 17 d’abril del 2020

LOS VIÈLHS ESCARTAIRATS



Al desconfinhament, quand siás vièlh te van demandar de demorar a l'ostal. Mas cossí van far los vièlhs que trabalhan ?

dijous, 16 d’abril del 2020

ANNIE ERNAUX, VIAN, SOUCHON


« Je vous fais une lettre
Que vous lirez peut-être
Si vous avez le temps
[...] Sachez, Monsieur le Président, que nous ne laisserons plus nous voler notre vie, nous n’avons qu’elle, et « rien ne vaut la vie » - chanson, encore, d’Alain Souchon. Ni bâillonner durablement nos libertés démocratiques, aujourd’hui restreintes, liberté qui permet à ma lettre – contrairement à celle de Boris Vian, interdite de radio – d’être lue ce matin sur les ondes d’une radio nationale »
(Annie Ernaux) 30 /03 / 2020

dimarts, 14 d’abril del 2020

ILS S'OCCUPENT ENCORE DE NOUS

Nombre de lièits d’espital per 1000 estatjants :

France : 3,1
Lettonie : 3,3
Estonie : 3,5
République tchèque : 4,1
Slovénie : 4,2
Hongrie : 4,3
Pologne : 4,8
République slovaque : 4,9
Lituanie : 5,5
Allemagne : 6
Corée du Sud : 7,1
Japon : 7,8

dilluns, 13 d’abril del 2020

EMBARRATS ÒC

         ENFARINATS NON !



La crise sanitaire mondiale va donc se transformer en crise économique avec une récession supérieure à celle de 1929.[...]
Il y a deux stratégies économiques actuellement. Celle du Royaume-Uni et des Etats Unis qui utilisent leur banque centrale nationale qui prête directement à l’Etat ou garantit toutes les dettes à venir. Autrement dit les dettes sont congelées et vont disparaitre avec le temps en vue d’une domination géopolitique renforcée. Et, la malheureuse et imbécile stratégie européenne : alors que la maladie fait des ravages humains et économiques, les dirigeants palabrent la nuit entière pour constater des désaccords ou pour rédiger des communiqués mensongers.
En effet, on crie partout qu’il y aurait eu un accord européen pour débloquer 540 milliards d’euros. En fait il ne s’agit pas d’argent frais pour soutenir les économies. Il s’agit de garanties d’emprunts et de reports de paiement car les Pays-Bas et l’Allemagne, comme au moment de ce que l’on a appelé « la crise grecque », refusent toute solidarité européenne. Cette somme ne représente même pas le quart de l’argent frais qu’a créé la Banque centrale européenne ces deux dernières années.

Il faudrait aujourd’hui décider que la BCE reprenne la totalité des dettes des Etats et ceux-ci devraient créer un fond spécial pour les services publics notamment pour la santé dans toute l’Europe et pour des projets de relance sociaux et environnementaux. Ne pas le faire c’est décider que les peuples mais surtout les générations futures vont payer une dette sous forme d’austérité durant un demi-siècle. Ce serait une catastrophe aggravée. Mais se cache aussi une lutte intra-capitaliste de domination renforcée de l’Allemagne et de ses satellites contre la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et la Grèce. Le gouvernement français doit maintenant rechercher des alliances avec les pays du sud et taper du poing sur la table. On ne peut accepter plus longtemps que l’Union Européenne soit l’exact opposé de la solidarité et de l’égalité.
Dans cette reconfiguration mondiale, on voit comment les Etats-Unis soutiennent leurs grands groupes numériques notamment. Car, leur projet est de repartir ainsi - en développant ce capitalisme numérique pour conquérir la suprématie mondiale. Regardons : c’est Netflix contre nos salles de cinéma et demain contre la diversité culturelle ; c’est Amazon contre les magasins de proximité ; ce sont des réseaux privés et peut-être la formation privée qui s’installent pour l’école, peut-être nous dira-t-on demain que cela peut faire économiser des classes et des enseignants ; on peut faire le même raisonnement pour la santé et autres… Ce serait la société ... « sans contact ». Inhumaine.
Patrick Le Hyaric, directeur de l’Humanité, le 13 04 2020

diumenge, 12 d’abril del 2020

COURSE CONTRE LA HONTE (2014)

Seguir lo ligam : Course contre la honte
Revirada occitana mandada per Micheu de Gap (mercé al el) :
Grand Còrs Malaut :
_ « E ! Tonton ! As agachat defòra ?
Sus l'avenir de nòstres enfants, plòu de mai en mai fòrt.
Quand penso a n-eus, totun, amarieu chantar un autre tèma.
Mas sieu plus tròp seren. Fau plus ges fisança au sistème.
Aqueste sistème fai des pechons, mas los laissa sus lo chamin.
E eissublia que s'existis, es per gerir estres umans.
Avancèm totes, testa baissaa, sensa se lanhar du plan finau.
Aqueste sistème amolona de minòts e los laissa crebar la fam.
Tonton, siam dau bòn caire, mas ce que vèem, o poèm pas near.
grandissèro au mitan d'aquelos que lo sistème eissublièc.
Vivèm sus la mesma tèrra, mas las fins dels meses an pas lo mesme fum.
E chasca annaa monta un pauc mai la rumor dels creba-la-fam.
Lo sistème decidèc que i avia pas de plaça per tot lo monde.
Tonton, as auvit, los cris defòra ? Es ben nòstre futur que retrona.
Lo sistème s'es revirat còntra l'òme, perdut dins sas ambicions.
L'egalitat es en òbra e i a ben tròp de desviacions.
E ! Tonton ! Coma anèm faire ? Dis-me, Tonton ! Coma anèm faire ?
Los òmes o vouguèron, aquò ? Mestrean lor ròtle ?
O la machina s'embalèc e perderiam le contraròtle ?
I a encara quauqu'un, quauqua part, que decidis de quauqua-ren ?
O siam totes nosautres pès e ponhs liats en esperant que tot pèti ?
Dificile de me rassegurar, Tonton. Te remento, au passatge,
Que l'òme ven bel e ben de la monina, pas dau savi.
E es ben l'òme que regarda morir la meitat de sos fraires.
Que derraba los darriers aubres e que porris l'atmosfèra.
I a de mai en mai de casas sornas e de trapèlas sus l'eschaquier.
L'avenir a plus gaire de sens dins aqueste monde de banquiers.
Son los merchats que nos governan, mas totas aquestas chifras son irrealas.
Siam dirigits per los grafiques. Es de branleta a granda eschala.
E ! Tonton ! Coma anèm faire ? O me pòs dire ?
Coma chau que tot sieie rendable, se privatizará l'èr que se respira.
Es una rota bòrnha. Es ce qu'encuèi l'òm nos demostra.
Anèm tot drech vèrs la desfacha dins aquesta corsa contre la vergonha.
E ! Tonton ! Coma anèm faire ? Dis-me, Tonton ! Coma anèm faire ?
Entre lo fromatge e lo dessèrt, tot eilamont, dins lors disnars,
Los grands d'aqueste monde auvissèron lo cris dels indignats ?
Dins lo visor de la sofrença, i a de mai en mai de ciblas.
Per l'avenir, per los enfants, assaièm de pas restar insensibles !
Richard Bohringer :
_ « Ma pechona gola d'amor, mon Paulò, mon amic Chastanha,
Anèm ren largar, anèm amar, regardar darrier per ren eissubliar,
Ni los uèlhs blaus, ni los regards nièrs.
Perdrèm ren, belèu ben un pauc, mas ce que i a davant, es tant grand !
Ma pechona gola d'amor, mon Paulò, mon amic Chastanha,
As pron lo temps d'aguer la lanha eternala !
Se lo vòlon pas rebastir, lo monde novèu, se betrèm au trabau !
Chaudrá utopia e coratge. Chaudrá remetre las pendulas a l'ora.
Lor dire qu'avèm pas lo mesme tic-tac. Que per nosautres, es puslèu dau costat dau còr.
Acabat lo compte de rebors dau vuege, dau ren dedins.
Ma gola d'amor, mon pechon amic d'azur, i a jorns que pòo ren faire per tu.
Las conarias, las faguèro... Es una lanha que s'envai pas.
Chau pas mancar beucòp per plus estre lo eròi. Ne'n chau gaire...
T'o jure, t'o juro, pechon fraire, chau frenar a temps !
Vai chaler chantar l'amor encara mai fòrt !
I aurá revolucions que vodrèm pas !
E d'autras que prenon lor temps ; totun, es urgent.
Ont' es la banca ? Chau que li mèti una bomba !
Una bomba desodorisanta, une bombe desodorisanta,
Per las odors pudentas dau fric que desborda.
Ges de plaça per los braves, per los perduts de la vita.
En 'quò d'aqueste monde, l'òm ama pas, l'òm còmpta.
Ma pechona gola d'amor, mon Paulò, mon amic Chastanha,
Pechon fraire, Putan ! L'anèm rebastir, aqueste monde !
Per aquò, Tonton, li chau tendre la man.
Tonton, li pòt ren faire si li creies pas.
Alòrs chaudrá se regardar, se descurbir, jamai se quitar.
Anèm ren largar ! Anèm restar amassats.
I a los fraires, las cosinas, los cosins, i a los pechons de la vesina,
i a los nistons perduts que venon cacos de ren,
D'esbarlüats que s'enflaman per faire los quècos,
I a la mameta que los pòt pas ajüar,
Qu'a ren apres dins los libres, mas que sap tot de la vita.
A força de plus creire en ren, es la vita qui desespera.
Chau amar per estre amat ! Chau donar per recebre !
Ven! Ven vèrs la lutz, pechon fraire !
Ta vita es tant coma gruiera,
Mas degun t'o dis qu'as arma bela.
Ma pechona gola d'amor, mon Paulò, mon amic Chastanha,
Anèm ren largar ! Anèm amar, regardar darrier
Per ren, ren eissubliar. »
Grand Còrs Malaut :
_ « Granmercé ! Mercé encara, Richard ! Mercé ! »
Richard Bohringer :
_ « Mercé en totas ! Mercé en totes ! »
Grand Còrs Malaut :
_ « Mercé a vosautres ! »

ILS S'OCCUPENT DE NOUS

« Vendredi 4 avril, lors d’une conférence de presse consacrée au Covid, Christophe Lannelongue, directeur de l’agence régionale de santé (ARS) du Grand-Est, a expliqué à son auditoire médusé que les 598 suppressions de postes programmées sur cinq ans au centre régional hospitalier de Nancy (sur 9000 environ) étaient maintenues, avec peut-être “ quelques semaines de retard “ ! » (https://www.causeur.fr/covid-19-grand-est-christophe-lannelongue-retard-175065#)

Dempuèi es estat demissionat.
Demòra LALLEMENT...

dimarts, 7 d’abril del 2020

LE COVID N'EST QUE

        LE SYMPTÔME




Lo Macrovid de la dinastia Balpores ausís plan mas escota pas res. Al contrari fa pas que balhar d'omenatges als que trabalhan 60 oras la setmana. Aquò còsta pas res. Fa culpabilizar lo mond de çò que n'es lo primièr responsable coma (mai finament) son pòrta-sagetas lo prefet Tedesco (qu'a pas estat encara demissionat ?)
Un mond nòu disètz ?
Òc se lo calrà ganhar !