Carlos Ruiz-Zafón : " Al final, quin sentit té una ciència capaç d'enviar un home a la lluna, però incapaç de posar un tros de pa sobre la taula de tot ésser humà ? "
(L'ombra del vent).

dijous, 31 de desembre del 2020

dimecres, 30 de desembre del 2020

PER ACABAR


Per acabar l'annada, aquí una revirada d'un trocet de Candide.

Un jorn, Cunegonda, en tot passejar al ras del castèl, dins lo bosquet que sonavan pargue, vegèt pels bartasses lo doctor Pangloss que balhava una leiçon de fisica experimentala a la serviciala de sa maire, bruneta fòrça polida e fòrça domètja. Coma Madomaisèla Cunegonda aviá fòrça disposicions per las sciéncias, agachèt, sens ne quicar una, las experiéncias renoveladas que ne foguèt testimòni ; vegèt clarament la rason sufisenta del doctor, los efièches e las causas, e se’n tornèt fòrça trebolada, fòrça pensativa, tota emplenada del desir d’èsser sabenta, somiant que poiriá ésser la rason sufisenta del jove Candide, que podiá tanben èsser la sieuna.
Rescontrèt Candide en tornar al castèl, e rogiguèt ; Candide rogiguèt tanben ; ela li diguèt bonjorn d’una votz borrolada, e Candide li parlèt sens saber çò que disiá. L’endeman après sopar, coma sortissián de taula, Cunegonda e Candide se trobèron darrièr un paravent ; Cunegonda daissèt tombar lo sieu mocador, Candide l’amassèt. Li prenguèt ela innocentament la man, lo jovenòme potonegèt innocentament la man de la jove domaisèla amb una vivacitat, una sensibilitat, una gràcia tota particulara ; las bocas se rescontrèron, los uèlhs s’abrandèron, los genolhs tremolèron, las mans se perdèron. Sénher lo baron de Thunder-te-tronckh passèt près del paravent, e vesent aquela causa e aquel efièch, bandiguèt Candide del castèl amb fòrça còps de pè dins lo darrièr ; Cunegonda còrfaliguèt ; foguèt bacelada per madama la barona tre que se reviscolèt ; e tot foguèt desbalausit dins lo mai bèl e lo mai agradiu dels castèls possibles.
VOLTAIRE, Candide (1759)

dimarts, 29 de desembre del 2020

DIABLE DE RONSARD


« Tu sauras dextrement choisir et approprier à ton oeuvre les vocables plus significatifs des dialectes de notre France, quand ceux de ta nation ne seront assez propres ne signifians ; ne se faut soucier s’ils sont gascons, poitevins, normans, manceaux, lionnois ou d’autre pays, pourveu qu’ils soyent bons et que proprement ils expriment ce que tu veux dire.»
(Ronsard, 1565)

divendres, 18 de desembre del 2020

ANÓNCIA


N'avètz lo confle del cubrifòc ?
Volètz festejar amb la familha, los amics sens cap de problèma ?
Coneissi un luòc, mas benlèu vosautres tanben ?

dijous, 17 de desembre del 2020

SEGON GRAND CORPS MALADE


 Abraçar qualqu’un : non – essencial
 Dobrir un libre : non – essencial
 Sorrire sincèr : non – essencial
 Anar als concèrts : non – essencial
 Passejar pels bòsques : non – essencial
 Dançar en serada : non – essencial
 etc...

dilluns, 7 de desembre del 2020

SEGON KADDOUR HADADI (HK)


Coneissiam “los fug-l’òbra, los cinics e los extrèmes” e ara avèm “los pas-essencials” (o “los non-essencials”).
Es a dire “libraris e bibliotecaris” per exemple.
Es a dire “los artistas de totas menas”.
Es a dire “femnas e òmes que son trabalh es : promòure e partejar la cultura dins totas sas formas”.
Las arts, la poesia, la cultura son doncas “pas-essencialas”.
Serián “segondàrias”, “accessòrias” e benlèu “futilas”.
[...]
Avèm tot un mond de tornar far, tota una societat a tornar pensar.
Alara, coma punt de partença, caparruts, anam contunhar a semenar las granas d’un autre deman.
Inventatz e tiratz d’autres camins, d’autres projèctes qu’aquel que nos es impausat uèi. Un projècte ont las nòstras paurs, pasmens legitimas, son amplificadas, sacralizadas, manipuladas e erigidas en sistèma politic.
Un projècte ont nòstres sentiments, los mai bèls, son estofats, atudats, nòstres sòmis, nòstre èime de resisténcia, nòstre imaginari, nòstra creativitat, nòstre optimisme, nòstre besonh de l’autre...
Òc, naisserà una prima, i serem e cantarem e dançarem, e dançarem amassa. Serà un polit començament...
Aparatz-vos e aparatz los vòstres.
A lèu !

diumenge, 22 de novembre del 2020

BRIDGESTONE VA CLAVAR





Dans un document datant de plusieurs années, la direction « Europe » de Bridgestone, basée à Bruxelles, indiquait ceci : « la fermeture de l’usine de Béthune se traduirait par une augmentation de la marge opérationnelle d’environ 58 millions d’€ pour Bridgestone en Europe dès 2024 avec une plus-value d’environ 50 millions dès 2023. Avec la réduction de la surcapacité de production de Bridgestone en Europe, [le groupe] retrouverait une marge opérationnelle de 4,2% soit plus 1,2 point de plus que la marge opérationnelle prévue en 2020. (….) C’est au regard de ces éléments qu’il est envisagé la cessation d’activité totale et définitive de l’activité de la société Bridgeton France SAS » ; la fermeture de l’usine de Béthune n’est donc rien d’autre qu’une délocalisation pour améliorer les performances financières (La lettre de Patrick Le Hyaric, 22/11/2020).

dilluns, 9 de novembre del 2020

dilluns, 2 de novembre del 2020

EN FR DINS LO TÈXTE

La lettre de l'actrice, Ariane Ascaride, en réaction aux annonces de reconfinement d’Emmanuel Macron.

Monsieur le Président,
Je sais que vous êtes au four et au moulin et ma lettre ne pèse pas bien lourd face à cette marée épidémique. Mais je ne peux pas m’empêcher de l’écrire, Monsieur le Président. Hier soir, devant ma télé, je vous écoutais avec une grande attention, mon espoir bien avant l’allocution était réduit à néant, mais ce qui fait un trou à mon âme est l’absence dans votre discours du mot culture. Pas une fois il n’a été prononcé.
Nous sommes la France, Monsieur, pays reconnu par le monde entier et envié par tous pour la présence de sa créativité culturelle, la peinture, la musique, la littérature, la danse, l’architecture, le cinéma, le théâtre, vous remarquez, je cite mon outil de travail en dernier. Tous ces arts sont dans ce pays des lettres de noblesse que les hommes et les femmes du monde admirent. C’est un pays où marcher dans les villes raconte l’histoire du monde, où la parole dans les cinémas et les théâtres apaise, réjouit, porte à la réflexion et aux rêves ces anonymes qui s’assoient dans le noir pour respirer ensemble un temps donné. Nous sommes indispensables à l’âme humaine, nous aidons à la soigner, je ne parle même pas de tout le travail que nous faisons avec les psychiatres. Nous sommes des fous, des trublions mais tous les rois en ont toujours eu besoin. Et hier soir silence total…
Je pensais à Mozart hier soir, au fond le regard des dirigeants n’a pas tellement changé et ça me désespère. Nous faisons du bruit, nous parlons et rions fort, nous dérangeons certes mais sans nous l’expression de la vie est réduite à néant.
Aujourd’hui je suis perdue, je sais, je veux le croire, les lieux de cultures ouvriront à nouveau et on pourra retourner dans les librairies acheter un livre que l’on glissera dans la poche de son manteau comme un porte-bonheur, un porte-vie. Mais hier soir quelque chose s’est brisé dans mon cœur. Je ne sais pas bien quoi, peut-être l’espérance, et c’est terrible pour moi, car c’est l’espérance d’écrire un beau livre, de construire un bel édifice, de faire entendre un texte magnifique, de peindre l’aura des humains, de faire chanter et danser nos spectateurs, qui nous pousse tous à travailler comme des fous, à faire des sacrifices de salaire, des sacrifices familiaux, demandez à nos familles ce qu’elles acceptent parfois pour que nous puissions donner de la joie à ces anonymes.
Voilà, Monsieur le Président, je ne pouvais pas me taire, moi, votre silence m’a démolie. Mais je me reléverai et mes amis aussi. Je voulais juste que vous mesuriez avec cet oubli combien vous, vous avez écorché les rêves de ceux qui font rêver et se sentir vivant. Avec toutes mes salutations respectueuses.
L’Humanité, vendredi 30 Octobre 2020, Ariane Ascaride